L’hyperpaysage,
« Qué novèlle ? » le journal des habitants de Jehay ...
Une histoire de Jehay vers 2007.


Historique du site Internet de Jehay, présentation de mon travail

Mon nom est Anne Timmermans.
Mes parents sont originaires de Saint-Georges. Mon grand-père maternel était le vétérinaire Frédéric Noël dont beaucoup d’anciens Jehaytois se souviennent.
Mes enfants, Céline et Germain Herbecq, ont fréquenté l’école de Jehay ...

J’habite rue Zénobe Gramme, dans le bas du village.
Nous avons construit, Bernard Herbecq et moi, la maison sur l’ancien site du tram en 1979-1980 en autoconstruction. C’est à dire que nous avons réalisé nous-mêmes les travaux avec un couple d’amis.
La maison est typique d’une époque post-soixante huit. Elle est l’expression d’une architecture organique s’inspirant et s’insérant dans le milieu naturel.


Après des études d’architecture de jardin et du paysage, je prends conscience de la situation très particulière de ma maison implantée dans le talus du tram vicinal.
A l’automne 1997, j’imagine la mise en valeur de ce site vicinal dans le paysage et dans son entièreté - depuis la gare d’Ampsin jusqu’à l’ancien dépôt de Verlaine - , entreprends les recherches historiques et établis tous les contacts.
Isabelle Dalimier, animatrice de Qualité-Village-Wallonie, et moi mettons en place cette manifestation exceptionnelle de la fête du tram pour les Journées du Patrimoine 1998.

Au mois de mars 98, quelques villageois s’associent à ce projet fou.
Le Comité de Jehay est né ! D’autres projets et activités voient ensuite le jour ...


En 1999, Qualité-Village-Wallonie propose au Comité de Jehay de réaliser des panneaux d’informations touristiques et patrimoniales. A cette époque, mes recherches ne concernent que le petit patrimoine, en dehors du château et de l’abbaye de la Paix Dieu.
Au hasard de mes promenades, je suis attirée par l’histoire de Zénobe Gramme évidemment, par les différents éléments architecturaux du site du tram, ainsi que par quelques chapelles et potales.

Le Comité de Jehay envisage ensuite une promenade balisée dans le village et une table d’orientation à Haquenière avec un très large point de vue vers la vallée de Bende.
L’idée d’un site Internet est aussi émise ...


Mes études de paysagiste me poussant petit à petit vers le paysage et l’urbanisme, mon intérêt se porte plus précisément vers l’aménagement et la mise en valeur de notre environnement, de notre cadre de vie.
Mes démarches et l’ensemble de mon travail vont dans le sens d’une ré-appropriation de l’espace public et du patrimoine paysager par les villageois en éveillant la curiosité et la prise de conscience d’un patrimoine collectif.

En octobre 2004, j’assiste à la présentation d’un hyperpaysage panoramique à Saint-Jean-Sart (dans la commune de Aubel) par Michel Ericx de l’Institut d’Eco-Pédagogie du Sart Tilman (IEP).
La présentation sur Internet et la démarche m’interpellent ...
Rendez-vous pris pour la réalisation d’un  hyperpaysage à Jehay !


A partir de juin 2005, l’hyperpaysage de Jehay devient une promenade virtuelle dans le village !

Etant au chômage, j’ai beaucoup de temps pour mettre en place le projet.
L’humeur du soleil, le moindre clin d’œil sympathique n’échappent plus à mon appareil photo !
Du porte à porte, des reportages et des photos par centaines, j’arpente et re-découvre Jehay et ses habitants.
Des prises de vue systématiques en différentes saisons des prairies et vergers illustrant le caractère paysager de Jehay complètent très vite les textes et les photos anciennes que j’avais récoltés durant ces dernières années. Les rencontres avec les artistes, artisans et agriculteurs, sans oublier les seniors et leurs souvenirs, apportent une dimension plus intime au paysage.

Mon but dans cette récolte de témoignages est d’attirer l’attention de tous les visiteurs de l’hyperpaysage sur la richesse de notre patrimoine humain et naturel, et l’urgence de préserver notre environnement, principalement au sujet de l’urbanisme qui se développe d’une manière très rapide, qui ne tient plus compte des particularités paysagères du village et qui oublie cette notion importante de l’Espace Public comme lieu où se fait le lien social, lieu où l’on fait société.

Le ‘metteur en toile’ bénévole qui m’accompagne avec beaucoup d’humour dans cet énorme et fastidieux travail est Michaël Notte de la Maison du Tourisme Hesbaye-Meuse.


Au printemps 2006 et ‘grâce’ à des soucis techniques et informatiques, je saisi l’opportunité de réaliser un journal de village sur Internet.
Michel Ericx du projet Anchora – projet financé par le SPPPS – encadre ce nouveau défi.
C’est la naissance du « Qué novèlle ? » le journal des habitants de Jehay.
Un journal comme lieu d’expression, comme espace de rencontres et de reconnaissance, auquel toute la communauté villageoise est invitée à participer.

Mon appareil photo en poche, je repars à l’affût du reportage ... ‘Vous avez vu ?’ ... Là-bas, on organise des soirées de contes, ici des artistes présentent leurs travaux, un concert ...
Nous avons tous une anecdote, une réflexion, une promenade à raconter ... une information à diffuser ...
Depuis quelques mois, les enfants de l’école maternelle participent aussi à cette aventure.


J’ai quitté le Comité de Jehay à la fin de l'été 2007 et je reste autant attachée au développement du journal et de l'hyperpaysage.
Je  travaille actuellement à l’ouverture du journal « Qué novèlle ? » vers d’autres collectivités de la région, pour établir d’autres liens.


Un peu moins de 400 foyers et un bon millier d’âmes vivent, travaillent et jouent dans ce village rural.
Dans une dizaine d’années, les nouveaux lotissements en construction auront ajouté à peu près 150 habitations à notre noyau villageois.

Il s’agira donc de créer un espace de vie commun et d’être prêts pour accueillir cette nouvelle population.

Le journal « Qué novèlle ? » est là pour se connaître, se reconnaître et se rencontrer.

Vous êtes tous les bienvenus à participer à ces retrouvailles de communauté villageoise.


Anne Timmermans
Décembre 2007